Présentation

Arrow
Arrow
Slider
 
 

L’École d’Improvisation Jazz de Mont-Saint-Aignan a été créée en 1979 par le batteur internationalement reconnu Christian Garros (biographie ci-dessous). Dédiée uniquement à l’apprentissage du jazz et de l’improvisation avec un instrument ou en chant, c’est une des premières écoles de ce type créées en France. Selon Christian Garros, « les termes « d’improvisation » et « d’enseignement » sont en apparence contradictoires, pourtant l’improvisation de jazz obéit à certaines règles qu’il est indispensable de connaître : une bonne connaissance de l’harmonie appliquée au jazz est nécessaire, ainsi que le sens rythmique. La structure des thèmes de jazz demande une étude poussée ainsi que leur mise en place par rapport à un certain phrasé. »

A la création de l’Ecole, le jazzman très reconnu Michel de Villers s’est joint aux côtés de Christian Garros. Depuis, la philosophie de l’Ecole est toujours de partager l’expérience du « terrain ». C’est pourquoi les enseignants sont tous des musiciens professionnels actifs sur les scènes nationales et internationales. Sans pour autant devenir obligatoirement professionnels, les élèves bénéficient d’un enseignement complet : en plus des cours d’intruments, l’EIJ propose une large gamme de cours complémentaires comme les classes d’ensembles ou des cours théoriques. Aujourd’hui l’association compte environ 300 adhérents chaque année, et est agréée AFDAS et Formation Professionnelle Continue depuis 2003.

En parallèle, l’École propose des concerts à destination du grand public. Elle met en scène ses élèves sur des scènes intérieures comme extérieures, afin de leur permettre d’acquérir de l’expérience. L’EIJ invite aussi sur scène ses professeurs ainsi que de nombreux musiciens locaux et nationaux (voire internationaux) à l’occasion de ses « Jazz Clubs ». (voir liste jazz clubs avant 2016) Enfin, certains professionnels sont également conviés à partager leur expérience lors de master class. (voir la liste)

 

 

 

Biographie de Christian Garros

Christian Garros est né à Paris en 1920 et mort à Rouen en 1988.

Il remporte la coupe Jazz-Hot dans l’orchestre de Claude Abadie avec Boris Vian à la trompette, et débute sa carrière dans le Quintette du Hot-Club de France et dans la grand orchestre de Django Reinhardt. Il intègre ensuite l’orchestre de Jacques Hélian (avec Ernie Royal et Don Byas), puis celui d’Alix Combelle.
Il joue dans les clubs de jazz parisiens : Au Trois Mailletz avec André Persiani, Bill Coleman, Tony Scott, Lucky Thompson, Mezz Mezzrow, Albert Nicholas. Au Club Saint-Germain avec Martial Solal, Bobby Jaspar, Stéphane Grappelli, René Urtreger, Sacha Distel, Maurice Vander, Barney Wilen, Maurice Meunier…

Il forme le Paris Jazz Trio avec Guy Lafitte et Georges Arvanitas. Il enregistre également en trio avec Duke Ellington et Alice Babs puis pour le TNP de Jean Vilar et le film « Paris Blues » avec également Louis Armstrong.
Il part pour une tournée de deux mois en Europe dans le Birdland Tour avec Miles Davis, Lester Young et Bud Powell. À la radio, il joue avec John Lewis, Milt Jackson, Percy Heath.
Il travaille en studios avec Quincy Jones, Michel Legrand, Lalo Schiffrin, Christian Chevallier, Jacques Denjean, Pierre Michelot, Bill Byers, Benny Carter ; et fait partie du Jazz-Groupe de Paris d’André Hodeir.

Il est élu premier batteur français dans les référendums de jazz par les lecteurs et les musiciens pendant plusieurs années.
De 1960 à 1978, il est membre, avec Pierre Michelot, du Play Bach Trio de Jacques Loussier. Ils donnent des concerts dans le monde entier et obtiennent plusieurs disques d’or. Il obtient le Grand Prix de l’Académie Charles Cros et est membre d’honneur du Riemenschneider Bach Institute (Etats-Unis).

Normand d’adoption depuis 1977, il fonde avec l’aide de la municipalité de Mont-Saint-Aignan l’EIJ, qui remporte immédiatement un grand succès. Il forme aussi le grand orchestre « Rouen Big Band », devenu « Big Band Christian Garros », composé de musiciens normands, et dont la renommée dépasse les limites de la région.